Rechercher
  • djenandji0

L’autonomisation des femmes pour lutter contre les maltraitances

Mis à jour : mars 17


7-Monique Mujawamariya

Communication de la Fédération Mafubo Internationale aux journées européennes pour le développement.

Monique est accompagnée de 6 représentantes de Mafubo pour le Canada, le Burundi, la Belgique, la France et le Sénégal.

Les actions de Mafubo pour aider les femmes dans le monde ont déjà fait l’objet de nombreuses communications. En rejoignant notre eClub en tant que membre fondateur, Monique souhaite apporter toute son expertise internationale et œuvrer avec le Rotary pour luter contre les maltraitances faites aux femmes et pour le développement de l’éducation.

En attendant une prochaine conférence de Monique lors d’une prochaine réunion de Club, consulter le site de www.mafubo.org


Toutes les institutions dirigeantes ont fini de faire le constat déplorable que les objectifs du millénaire ne seront atteints nul part au Monde et moins encore dans les pays pour les quels ce concept a été destiné : les pays en voie de développement. La suite sera sûrement un autre concept tout aussi bien réfléchi, mais la garantie pour sa réussite serait de se poser les bonnes questions. Comment l’architecture post-2015 peut assurer le progrès vers l’égalité des sexes, les droits des femmes et l’autonomisation des femmes ?

On ne le répètera jamais assez dans la précarité des quartiers pauvres surtout en Afrique, la femme devient le pilier de la survie de la famille. Si nous voulons avancer vers un développement durable c’est autour d’elle qu’il faut bâtir c’est à elle que nous devons consacrer nos efforts. La Fédération Mafubo internationale  souligne l’importance de la référence à ce qu’on sait assurer la dignité, et la protection, comme : un logement décent confié à la femme et le suivi de toutes promesses et programmes destinés au développement pour rester informé de leurs mies en exécution. Nous devons transformer toutes ces promesses que les dirigeants et les institutions décideurs font pour le développement et l’autonomisation des femmes et nous assurer qu’elles ne resteront pas lettres mortes. Il faut établir un mécanisme solide pour garder une trace de leurs progrès et déclencher une alarme quand ils sont en veilleuse.

Un autre élément d’une importance extrême est de placer la lutte pour l’égalité des sexes et les droits des femmes dans le cadre plus large de la lutte pour les droits de l’homme et le développement durable. Il est primordial  d’instaurer une perspective de genre dans tous nos objectifs de développement: lutte contre la pauvreté, la santé, l’éducation, la gouvernance, la justice, la protection sociale et ainsi de suite. Et après cela, nous devons nous assurer que les voix des femmes soient entendues en les encourageant à former des comités ou des associations régionales et nationales comme groupe de lobbying avec mission de ne pas se laisser oublier.

Les femmes devraient oser défier le modèle de développement actuel, proposer des alternatives ou des solutions pour aller de l’avant afin d’encourager la coopération entre les différents groupes sociaux (hommes, femmes, jeunes et personnes âgées).

Et n’oublions pas que toutes ces discussions et débats sont vains sans financement. Tous les partenaires, les ONG, les organisations internationales, les organismes, les entreprises, les militants etc, et devraient tout faire pour que des fonds spécifiques et des lignes budgétaires soient mis à disposition pour faire avancer le travail sur l’égalité des sexes mais surtout sur l’autonomisation de la femme dans les quartiers défavorisés.


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout